VSI n°69


AML GC17 : Franck MENERET
16 ch de Bellevue 44360 ST ETIENNE DE MONTLUC
Tel : 02 40 86 90 40 - E-Mail : amlgc17(chez)free.fr - Web : www.amlgc17.fr
(merci de remplacer le "(chez)" par un "@")
Nous n’avons qu’une seule chose à vendre : La passion ! Et en plus elle est gratuite !

Mai 2006

- Version Acrobat du VSI 69

 

Devise

Denis, jeune abonné au VSI a été sensible à la devise qui orne depuis notre dernier numéro, le haut de cette page.
C’est toujours plus sympathique que la phrase abrupte qui tronait là depuis plusieurs années.
« VéloSoleX » et « SoleX » sont des marques déposées.

C’est toujours vrai, mais Magnetti Marelli a depuis longtemps passé la main…

 

LES 60 ans… C’est parti.

Tant qu’à parler de « passion », n’oublions pas que 2006 est l’année incontournable pour le Solexiste. 60 ans oblige !!!!
Mais bien d’autres surprises devraient émailler cette année, à commencer par la sortie d’un nouveau livre consacré à 100% à votre passion. Il portera pour titre « Le guide du VéloSolex » et devrait vous permettre de mieux connaître votre « bicyclette qui roule toute seule ».
Historique (forcément), accessoires, entretien, réparation et restauration en seront les chapitres phare. Sortie prévue au second semestre 2006.

Vous n’avez certainement pas manqué La Vie de la Moto du 10 mai 2006. Un dossier de 5 pages est consacré au VéloSolex. Plus confidentiel, une interview sur le solex fut diffusée le 26 avril sur ARTE (câble et satellite) dans l’émission « Chic ».

D’ici quelques semaines, quelques maquettes réalisées par la société Universal Hobbies vont voir le jour. Les S3800, 5000, modèle 1946 et Flash sont en cour d’élaboration. Le prototype du S 3800 de 1966 nous a déjà révélé ses lignes…

La rentrée scolaire devrait coïncider avec la sortie officielle du e-Solex en cour d’homologation.

Mais en attendant toutes ces bonnes nouvelles, le vendredi 12 mai au soir, avait lieu l’inauguration officielle de l’exposition nationale consacrée à la rétrospective du VéloSolex. Sous la présidence du conseiller régional Yves Rome, l’hôtel de la région, à Beauvais, accueille jusqu’au 5 juin une bonne quarantaine de modèles. Du modèle de présérie de 1940-41 aux derniers Black’n Roll en passant par une multitude de « curiosités » : modèles étrangers (3800 allemand, 4600, V D Heem), modèles dérivés (Surf Racer, voiturette Bellier ou Lit-Dupont motorisé par un moteur de Solex, pour handicapé) accessoires, atelier d’époque et bien d’autres surprises vous attendent dans le superbe cadre mis à disposition de l’association Solex Millenium.
La soirée inaugurale fut aussi l’occasion de rencontrer d’anciens de chez Solex, quelques amies Belges, et M. Lapeyre, qui en 1951 effectua un périple de plus de 9000 km au guidon d’un VéloSolex.

 

Chaud au cœur !

Nous recevons de nombreux courriers pour nous demander ceci ou cela, ou encore pour vendre ou acheter telle ou telle pièce.
Parfois, le facteur dépose une missive d’un tout autre genre. Et par ses froideurs hivernales, cela fait chaud au cœur !

 « C’est toujours avec grand plaisir que je découvre le VSI dans ma boîte aux lettres. Vous et toute votre équipe créez un lien qui, s’il n’est pas régulier comme un coucou « suisse » en est par contre beaucoup plus chaleureux. Ayant attrapé le virus en 1970, à l’âge de 14 ans, piqué par un 2200 contre lequel aucun vaccin n’avait été envisagé ni même étudié, je me retrouve à la veille de mon demi siècle, abandonné par tous les médecins et autres chercheurs qui ont tous conclus à mon incapacité définitive à me couler dans le moule du 2 roues. Bref ! Je suis comme vous : un incurable ! La preuve, depuis un an, j’ai adopté un vieux 2200 de 1962 qui, vu son état, était plus près du cimetière des éléphants que des marches du festivale de Cannes, et après beaucoup de soins, il revit et pétarade, comme moi d’ailleurs… Bref, je suis heureux » J.L. B.

Et bien, nous aussi, Jean Luc, nous sommes heureux pour vous ! Continuez à vivre sainement votre passion, loin de la grippe aviaire qui intéresse plus les chercheurs, mais sur votre 2200 qui ne doit attendre que cette année pour fêter les 60 ans de son précurseur.
A oui, au fait, un Solex peut tourner comme une horloge « Suisse » et en tout cas, bien plus régulièrement que les publications du VSI…
A ce sujet, toute l’équipe du VSI (Sylvie et moi) vous remercie de vos encouragements et mille excuses pour le retard de ce numéro (Rédaction du futur « guide du VéloSolex » oblige !).

Franck


IMMATRICULATIONS

Quelques lecteurs (peu nombreux) ont réussi à passer les difficiles épreuves d’obtention d’une carte grise pour leur VéloSolex.
Un dossier incomplet est systématiquement l’objet d’un refus !
Soyez donc précis et rigoureux dans vos demandes.

Une bonne occasion pour relancer notre appel pour obtenir les fiches des Mines ou certificats d’homologation de tous les Solex.
A défaut de fournir ces papiers officiels photocopiés (que nous nous proposons de redistribuer moyennant les simples frais de photocopie et d’envoi – environ 1 euro par machine – soit de les mettre en ligne en partenariat avec l’association Solex Millenium) il vous faudra passer par la FFVE et payer 45 euros de dossier… par VéloSolex.

 

SOYONS SOLIDAIRES….

Si vous avez des feuilles de Mines de cyclos autres que Solex, n’hésitez pas à nous en parler aussi. Notre priorité restant sur « la bicyclette qui roule toute seule », ne négligeons cependant pas les autres marques et travaillons en collaboration avec d’autres clubs !

 

LE COMPTE N’EST PLUS BON

Mauvaise nouvelle pour nos compteurs ! Alain Artois nous transmet cette information :
Voici quelques infos pour les compteurs "Huret", qui malheureusement n'existe plus.
A l’origine les Ets Huret et Maillard réunis étaient 60 avenue Félix Faure 92000 Nanterre. ( adresse sur catalogue de 1978)
Puis, Sachs industries S.A. ( Huret et Maillard réunis) R.C.S. 552 074 114 toujours au 60 avenue Félix Faure 92000 Nanterre : Radié.
( source infogreffe )
A voir ? il n'y a plus d'établissement SACHS en France.
Voila le résultat de mes recherches à ce jour.

Salutations Vélosolexistes. Alain.

 

ISIDORE ET LE GENDARME

ISIDORE est heureux, il a enfin découvert un pavillon ou il va s'installer avec sa jeune femme et ses deux enfants. L'aménagement se poursuit, c'est la cuisine qu'il organise en ce moment. II a acheté un réchaud à gaz butane et, comme les transports sont onéreux, il a attelé à son VéloSolex sa petite remorque Michelin (réclame non payée), pour porter son réchaud et sa bouteille en banlieue.
II roule joyeusement, pensant au confort que ces appareils vont apporter à sa famille.
Quand tout â coup un gendarme l’arrête et l'interpelle:
  Le G. — Vous ignorez le Code de la Route ?
  Isid. — Non, oui, je crois je roule à 15-18 km. à l'heure et je tiens ma droite !
  Le G. — Je ne vous parle pas de cela, vous traînez une remorque avec un véhicule automobile ?
  Isid. — .Oui.
  Le G. — Votre remorque n'est pas munie, en plus de l'attache principale, d'une attache de secours constituée par des chaînes ou des câbles méta1liques, capables de traîner la remorque et de l'empêcher de s'écarter de sa trajectoire en cas de défaillance du dispositif principal.
Je vous dresse contravention.
   Isid. — Mais, Monsieur le Gendarme, combien cela va-t-il me coûter cette contravention ?
   Le G. — Ce n'est pas tout, combien pèse votre véhicule automobile ?
   Isid. — ...Heu ...28 kg., je crois.
   Le G. — Et tout ce que vous remorquez ?
  Isid. — ...Heu ...la remorque 20 kg., le fourneau 12 kg., la bouteille 24 kg.
  Le G. — C'est-à-dire 56 kg. que vous remorquez avec un véhicule de 28 kg. Et les freins de la remorque, où sont-ils ?
Vous devriez en avoir.
Avec. votre VéloSolex de 28 kg, vous ne pouvez sans frein de remorque tirer que 14 kg, pas un kg de plus. Je vous dresse une deuxième contravention.
  Isid. — Monsieur le Gendarme, soyez gentil, comprenez, etc...

Cette petite histoire, est complètement idiote, pas plus que le Code. de la Route relatif aux caravanes derrière véhicules automobiles.
Les législateurs omniscients ont mis toutes les remorques dans le même sac.
— le cyclomotoriste qui ramène du marché quelques bottes de carottes et de poireaux ;
— le ménage touristique, en vélos moteurs, dont l'un remorque le bambin de 4 ans dans une délicieuse cabine aérodynamique ;
— le gros transporteur chargé de dix
  tonnes qui en traîne autant et plus ;
    — enfin, le caravanier dont le remorqueur pèse entre 800 et 1.200 kg. et la caravane environ de 600 â 1.000 kg.
La méconnaissance de l'existence de la flotte caravanière de plusieurs dizaines de milliers d'unité à conduit à une brimade pécuniaire importante, d'avoir à faire monter des freins dont de multiples modèles sont réalisés mais ne sont pas facilement adaptables sur les caravanes existantes, et pas pour rien ! On voit bien que les ordonnateurs conseilleurs ne sont pas les payeurs !
Je ne peux croire que les hautes autorités caravanières aient accepté ces dispositions sans hurler, si toutefois elles furent consultées.
Depuis que les caravanes se sont multipliées, il serait intéressant de savoir combien d'accidents eurent pour cause uniquement l'absence de freins sur la caravane, peut-être 10, 20 au maximum, sur l'ensemble de la flotte en de nombreuses années.
Rien ne légitimait une. Mesure aussi injustifiée pénalisant la gent caravanière !
 Messieurs les Légiférateurs qui nous ignoriez, je vous en supplie, la prochaine fois que vous mélangerez encore les torchons et les serviettes, rappelez-vous que nous, les caravaniers, nous existons, que nous sommes là et même un peu là, et avant de nous mettre dans la casserole, demandez-nous au moins à quelle sauce nous voulons être mangés.

Le caravanier fainéant.

Profitons de cette petite histoire publiée en février 1955 dans la revue Caravaning N° 11, (mais qui peut sembler tellement d’actualité, sous certains côtés…) pour lancer un appel « hors galet ». Nous recherchons tous documents, catalogues, photos, souvenirs sur le caravaning, et son ambiance (camps de camping, intérieurs de caravanes, voyages, etc…) En effet nous travaillons à la réalisation d’un livre sur ce thème portant sur la période 1920-1970 environ. Caravanes françaises mais aussi du monde entier. Merci à tous. Sylvie et Franck (02 40 86 90 40 – amlgc17@free.fr)

 

60 ans Oblige ?Alala !

Probablement à cause de cette fatidique date de 2006, Altaya c’est senti obligé de s’y coller et sortir en janvier, dans la collection « nos chères Camionnettes d’antan », un véhicule aux couleurs « VéloSolex ».
Mais pourquoi avoir choisi un J7 revêtu d’une déco plus habituelle sur les camions Bernard des années 50 (le J7 daté de 1965, est d’ailleurs un peu plus récent encore). A notre connaissance, cette déco n’a jamais existé sur un Peugeot J7, elle aurait été moins anachronique (à défaut d’être véridique) sur un Peugeot D3A des années 50.
Cette ambiguïté surmontée, et quelques 11,95 euros plus tard, vous avez du, comme nous, rentrer fébrilement chez vous pour ouvrir votre « paquet cadeau » à la découverte du livret d’accompagnement. (A moins que vous l’ayez ouvert en cachette sur le porte bagage de votre Solex avant de l’enfourner dans vos sacoches ???)
Là, effroi, horreur, damnation !!! En pleine page 293, s’étale un « magnifique » 45 cm3 aussi désopilant de tristesse que le J7 en maquette, voire même plus. Levier de relevage sur un cadre de 1946, antiparasite (sommes nous en 1961 ?) caoutchouc « passe fil » sur le fil haute tension trahissant la présence d’une tôle frontale sur le moteur (a-t-elle été démontée pour la photo ?) réservoir nervuré 10 ans trop jeune, pas de boîte à outils, feu arrière incongru, béquille accessoire en tôle datant plutôt de 1950 (genre première Mob). Les autres photos sont d’époque : ouf !
Dans le texte, on apprend que 15 800 « 330 » virent le jour. Il nous semblait pourtant qu’il y en avait eu plutôt dans les 330 000 ? Même problème pour le 660, annoncé à 200 000 unités alors que la prod réelle est plus proche des 350 000, le diamètre du galet des modèles 1953 -55 n’est pas de 47,5 mm mais de 45 mm ( C’est pas bien de recopier une erreur qui s’était glissée dans la première édition du « VéloSolex de mon père »…) etc…
Bref, un « papier » qui ne devrait pas rester dans les mémoires. Nous tairons le nom du rédacteur pourtant bien connu dans le monde de la moto ancienne, n’est pas S… !!

Nous avons presque l’impression d’avoir perdu 11,95 euros… la maquette est dans un placard, et le livret perdu au fond d’une caisse.

 

 LE PLUS VIEUX !

Thierry Gauvin nous signale : « je possède le 330 numéro 326 347 dans un parfait état de marche. Seule chose pas d'origine, la selle  vient d'un 45 cc. Le N° cadre est le 336 901.»
Ayant la chance d’avoir vu la photo, nous pouvons même vous préciser que ce 330 est équipé d’un porte bidon avec bidon de Solexine jaune, ainsi qu’un protège moteur Jeanneret, avec les petites bananes alu.
Rappelons que le premier 330 fut le N° 325 206…

Çà bouge aussi du côté du 3300. Patrick Miton nous signale l’existence de son modèle N° 3 292 070. Patrick en profite pour inaugurer la catégorie 5000. Son exemplaire orange a le N° 7 000 088. Un chiffre qui s’annonce difficile à battre !

Quant à David Cunier, en charge depuis plusieurs années du recensement des Micron et PliSolex, il nous communique les premiers N° moteur et N° cadre en sa possession.

Tableau récapitulatif : (Il reste de nombreuses cases à remplir…)

TypeN° MoteurPropriétaireDept/Pays
330326 347 Thierry Gauvin41/FR
22002 208 211Franck Méneret44/FR

3300

3 292 070

Patrick Miton

58

3800

3 827 646

Max polac

92

Micron

5 200 114

Cadre : 5 200 213

60

Micron (bis)

5 200 180

Cadre : 5 200 129

62

5000 (orange)

7 000 088

Patrick Miton

58

PliSolex

7 141 192

P et C.

95

En gras, les N° ayant changé depuis le dernier VSI

« J'aimerais savoir quel jour du mois a été commercialisé le VéloSolex en Avril 1946 ? » Cyril
C’est une excellente question… merci de nous l’avoir posée !!!

Vous l’avez compris, nous n’avons pas la réponse exacte. Mais un fidèle lecteur du VSI l’aura peut-être. Avril ou mai d’ailleurs la question reste aussi posée ? N° 1000 ou 900 et quelques ? Qui a des infos fiables ?

 

Carte postale

 

LA BOUTIQUE

Les 60 ans à Beauvais, on y sera !
Si vous aussi vous y allez et si vous n’avez pas encore « Le VSX de mon père » ou « Le Cyclomoteur à galet de mon père » n’hésitez pas à nous les commander, vous économiserez les frais de port, et en plus ils seront dédicacés par les auteurs.
Venez également découvrir nos autres livres : « Injection électronique moto », « Petites réparation mécaniques automobiles » « Les Gitane de mon père » et « Monet Goyon ». Dans trois d’entre eux, Solex et galets ne sont pas oubliés.

 

Depuis le 01/03/06, VSX 71 devient « VSX 71-Ludovic BOURGEOIS Entreprise de Négoce et Restauration de Véhicules Anciens 2 roues » spécialisé dans la marque VéloSoleX. L'atelier est implanté à CLUNY.
Voici les coordonnées complètes :
VSX 71-Ludovic BOURGEOIS
7, rue des Grandes Terres
71250 CLUNY
Tel : 06 63 55 39 23
Mail :
vsx71@wanadoo.fr
Web : www.vsx71.com
Sur le site internet www.vsx71.com, une rubrique ESPACE MAGASIN est consacrée en grande partie au VéloSoleX. A cette marque qui nous est si chère s'ajoute les catalogues MOTOBECANE et PEUGEOT qui sont en cours de construction et qui devraient arriver dans les jours à venir.
VSX 71 reste toutefois un site également informatif gardant ses parties historiques, collection...etc
Ludovic reste disponible pour tous renseignements complémentaires par mail ou par téléphone. N’hésitez pas à le contacter.

 

 

Noubliez pas de consulter les rendez-vous et les petites annonces


VSI n°69

Le VSI est une lettre d'information rédigé par Franck MENERET



Pour tous renseignements, lisez les F.A.Q. avant de me contactez
Site web réalisé par Benoît SUZANNE - dernière modification :