VSI n°64
AML GC17 : Franck MENERET
16 ch de Bellevue 44360 ST ETIENNE DE MONTLUC
Tel : 02 40 86 90 40 - E-Mail : amlgc17(chez)free.fr - Web : www.amlgc17.fr
(merci de remplacer le "(chez)" par un "@")
Nous n’avons qu’une seule chose à vendre : La passion ! Et en plus elle est gratuite !

Octobre 2003

- Version Acrobat du VSI 64

REACTION

« Je souhaiterais réagir suite à l’article Gentil – Mennesson. » Nous écrit David Cunier.
Edmond Gentil et Marcel Mennesson, mais surtout Maurice Goudard se connaissaient bien. Ils étaient voisins à Neully, mais présidaient tous les deux (NDLR : EG et MG) à la fédération nationale de l’Automobile, du Cycle, de l’Aéronautique. Mais vu le nombre de brevets déposés dès 1939 pour le futur cadre du VéloSolex, ils étaient largement capables de le produire seul. Le problème de la Guerre, manque de matériaux, de personnel et les « yeux » de l’occupant empêcheront de préparer la mise en série.
Je pense que le moteur était prêt avant le cadre et Solex demanda une cinquantaine de cycles à Edmond Gentil, afin de se dépanner. Il donna peut-être aussi quelques conseils pour la fabrication en série.
Il fallait que le VSX sorte après la guerre absolument, pour être le premier sur le marché.
(Ceci n’engage que moi) »

David Cunier.

La fabrication des cadres chez VéloSolex ne sera effective qu’à partir de fin 46 début 47.

Encore un Vol !

On m'a volé mon solex, un modèle d'octobre 1953 (numéro de série 266 960) à Talence (banlieue de Bordeaux). Je souhaiterais donc pouvoir signaler le plus largement possible ce vol pour être informé s'il suit un circuit de revente.
On peut me joindre au 05 56 91 72 48 ou à poussevin@free.fr
Merci de tout ce que vous pourrez éventuellement faire pour moi.

Thomas Poussevin.

Thomas, ,la meilleur chose que l’on puisse faire est d’informer tous les lecteurs du VSI par cet avis, ainsi que tous les visiteurs du site géré par Benoit Suzane.
Si quelqu’un a la moindre info qu’il prévienne au plus vite Thomas.

NEW YORK CITY

A l'occasion du 14 Juillet (appelé Bastille day par les americains), et pour la 4ème année consécutive, Howie Seligmann, importateur du Solex "chinois" MOPEX aux USA, et son ami Ed Merryman, ont organisé un rallye en Citroën et Solex à travers les rues de Manhattan. La journée commence bien, il fait presque 30 degrés. Rendez-vous est donné à midi, au nord de Manhattan. J’arrive à 11h15, histoire de préparer mon 3300 (que j’avais ramené de France) et mon 4600 (acheté sur place), et de monter la remorque pour les enfants. Ca me laisse également le temps d’admirer les vehicules qui arrivent. 3 DS, dont 2 versions US (avec clim, pour les connaisseurs), 3 SM, 2 traction, même un tube HY ( !), et surtout beaucoup de 2CV. Coté Solex, on compte en tout et pour tout 8 engins, deux 4600, un orange (le mien) et un jaune avec sacoches assorties, et deux 3800 export. Ajoutez mon 3300 et 3 3800 « normaux », et le compte y est. Le départ est donné, et là, le pied….. Nous partons devant avec les Solex, et la trentaine de Citroen qui nous suit nous couvre, de telle sorte que la 5 ème avenue ou Broadway sont à nous, rien qu’à nous. A la premiere halte, surprise, un 4600 bleu nous rejoint. Je n’ai jamais vu de 4600 dans un tel état, comme neuf. Son proprietaire vient juste de l’acheter sur e bay (a $300.00, il a fait une sacré bonne affaire sans le savoir) et est surpris par l’intérêt que l’on y porte. Nous finissons le rallye en passant devant tout ce qu’il y a à voir à Manhattan, et le nombre de fois ou j’entend les passants crier Vive la France me surprend. L’arrivée se fait au restaurant francais Les Deux Gamins. Comme le rallye est sponsorisé cette année par un importateur de vin et de calva, je vous laisse imaginer la suite. Pas bon, le calva à 4h00 de l’après-midi ! Ca m’a fait digérer !
Donc une excellente journée, très bon moyen de découvrir New York, A REFAIRE. Si vous passez par là vers le 14 Juillet….

Rémy Collinet

RCO

Le Rétro Cyclo Ouest, c’était les 20 et 21 septembre. 100 cyclos, temps superbe, nombreuses visites culturelles : machineries des écluses du canal de la Martinère avec passage du bac de Loire, château de St Thomas à St Etienne de Montluc, moulin de Chaugenets, moulin de la Paclais et bien sûr, la tour à plomb de Couëron où avait lieu le rassemblement. Concerts et musique de rue pour ceux qui se sont couchés tard le samedi.
Côté cyclos, beaucoup de Solex, mais aussi un Kid, un Pygmy, un Cr Motori – Italia, un Le Poulain tous à galet sur la roue avant, mais aussi Bima, BMA 25, BG43, Mosquito 38 cc et un superbe Cyclex aux galets sur la roue arrière. Le tout rehaussé par un beau plateau de cyclos-sport et cyclos à courroie. Vous regrettez de ne pas être venu ? En effet, ceux qui étaient là ne le regrettent pas. Laissons leur la parole :

Vos messages de sympathie

J'ai trouvé l'expo du Samedi très sympa.

Renan Bullier

Encore merci pour les bonnes journées passées à Couëron. Après quelques difficultés pour sortir de la ville, pour cause de course cycliste, nous sommes bien arrivés à Melle, vers 19h15.
Maintenant nous regardons les photos. Elles sont trop nombreuses (36) pour les passer par le fil du téléphone !
Nous espérons que la soirée s'est bien terminée et que tout le monde est bien rentré.

Bien amicalement, la famille Gagnaire.

Un grand merci à toute la famille Méneret pour l’organisation réussie de ce fameux week-end des " journées du patrimoine ". C’est un vrai moment de bonheur que nous avons tous hâte de revivre : vivement l’année prochaine ! Pour le bureau et les adhérents du moto club KCRÉ.

Gildas Martineau.

Nous sommes bien arrivés en Belgique et vous remercions pour le chaleureux accueil que vous nous avez réservé à Coueron.
Espérons vous voir bientôt et encore MERCI.

Amitiés. John & Latifa.

Comment allez vous après le Retro Cyclo Ouest 2003 ? J'ai acheté bien des petites choses à la bourse. Après nous avons passé une merveilleuse semaine des vacances à Penmarc'h. Maintenant c'est le boulot, tout se termine.

Jean et Katerina d’Allemagne.

Ce petit mot pour vous remercier toi et ton épouse pour cette magnifique journée que vous nous avez fait passer dimanche dernier. Nous avons vraiment apprécié l'organisation, la convivialité, la balade, la réception au château St Thomas, le repas etc... Tout était parfait. Puisse-t-il y avoir de nombreuses autres concentrations de ce genre. Nous y avons rencontré des gens passionnés et passionnant, des mines de connaissances et beaucoup de complicités.
Merci donc à vous deux et à tous ceux qui vous ont aidé. Cordialement.

Bernard / Maïté et Philippe/Annette

La fête est maintenant finie et déjà un peu oubliée, il n’est pas trop tard pour vous dire un grand merci, qui devrait d’ailleurs s’étendre à tous ceux qui ont contribué à l’organisation de ces deux jours. Bravo pour le plateau que vous avez réuni ! Des engins d’un grand intérêt, un cadre fort sympathique, une balade agréable malgré le brouillard (NDLR : du dimanche matin) et une météo juste comme il faut : tout pour repartir heureux.

Jean François Bastien.

Chers Sylvie et Franck, bien rentrés lundi 22. Encore merci et félicitations pour toute l’organisation sans faille de votre rassemblement.

Bernadette et Guy Maurice

Je vous transmets les félicitations et les remerciements de l'ensemble de mes collaborateurs pour votre rassemblement et la bourse d'échange. A nouveau cette année, vous avez contribué à la réussite du deuxième rendez-vous de "Couëron en fête, le rendez-vous des bords de Loire". J'espère que nous pourrons envisager de nouveaux projets ensemble.

Frédéric Crochard, Pôle culture et patrimoine, mairie de Couëron

Prochaine édition ? Un jour… peut-être en 2005 !
Devinez où ! Avec probablement un événement de taille. Vous connaissez l’AMLGC 17, elle sait toujours réserver quelques surprises !….

ENTRE MER ET BOCAGE

Dimanche 16 Juin 2003 à 8H30, c’est à la Mothe-Achard qu’il fallait être présent pour la 3ème Solexcursion entre Mer et Bocage. Organisée par le sympahique club des supporters, 57 participants se portaient candidat pour affronter les 65 kilomètres que proposait cette randonnée. Par un joli soleil, les solex et un superbe véloto (qui réclamait parfois le secours des mollets de sa pilote) prenaient la direction de Port-Bourgenay à quelques encablures du lieu de naissance de ce dernier mais aussi terme de l’étape matinale. La seconde étape ramenait tout le monde vers le point de départ . Ce retour ne s’est pas effectué sans mal pour quelques participants. Si l’ami Patrice avait anticipé la fatigue, en allant dès midi, troquer son 1010 contre un vaillant 3800 ( l’avantage de loger à proximité du lieu de pause) sa fille se voyait régulièrement retardée en cours d’après midi par une crevaison sur le Véloto. Heureusement que papa montait bonne garde et jouait habillement de la pompe à vélo pour permettre de boucler les derniers kilomètres. Quant à moi, mon 330 était victime d’une très inhabituelle et surprenante rupture du volant magnétique en ses 3 branches ! Tout de même ce n’est pas une petite panne qui fera monter un 330 dans le fourgon balai !
La conclusion de la journée se lisait sur le visage de tous les solexistes se donnant rendez-vous pour la 4ème au mois de Juin 2004 !
Merci messieurs les supporters pour cette organisation impeccable et ce magnifique parcours !
A l’année prochaine

Jean-Christophe Guyet

SOUVENIRS

« La première fois que j’ai vu un Solex, c’était à Dakar en 1948, 49 ou 50. Et pourtant aucun marchand de vélo ne vendait de Solex.
Rien d’étonnant pourtant, car à l’époque quand on allait en Afrique, on prenait le bateau et on emportait sa valise, son vélo et, pourquoi pas, un Solex. On prenait le paquebot à Bordeaux ou à Marseille et personne ne prenait l’avion sauf quelques privilégiés.
Le Solex appartenait à une jeune fille travaillant dans les bureaux de l’Arsenal et était examiné (Le Solex…) avec attention par tous ceux qui passaient dans le coin. »

Jean Rochard.

Les temps ont bien changé, et l’avion a presque remplacé le VéloSolex…

COMMENT DATER VOTRE SOLEX

Voici des années que nous cherchions un tel document. C’est maxime Michaud qui nous a dégottés un listing émanant de la chambre des experts.
Vous pouvez dons compléter maintenant le tableau paru dans le VSI 42. Il s’arrêtait en 1969. Vous pouvez aussi corriger la page 119 de votre « VéloSolex de mon père ». Voici des chiffres précis dont nos estimations n’étaient pas si éloignées.

Année Date Type N° de moteur
1966 Mai 1966 nouveau moteur 3800 3 800 001
1967 Janvier 1967 4 003 600
1968 Janvier 1968 4 252 840
1969 Janvier 1969 4 533 060
1970 Janvier 1970 4 600 285
1971 Janvier 1971 4 713 001
1972 Janvier 1972 4 767 151
1973 Janvier 1973 4 816 551
1974 Janvier 1974 4 859 701
1975 Janvier 1975 4 914 560

(NDW - retrouvez le recapitulatif du tableau sur SoleX'in)

Dans nos prochains N° nous vous donnerons les tableaux de datation des 5000, Flash – 6000 et Ténor. A vos N° moteur !
Restent à trouver des informations pour dater les VSX de la période Motobécane – MBK. Qui aurait des infos ?

BANDE DESSINNEE

Virginie a trouvé pour nous une BD où le Solex est en bulles…
Il s’agit, à priori d’un 5000 et c’est dans « Tom Tom, le Roi de la Tambouille ». Bayard éditions/ J’aime lire de 1985.

Tom Tom, le Roi de la Tambouille

VACANCES A SOLEX

J'ai pris quelques jours de vacances ....en Solex !!
Le parcours fut émaillé de quelques pannes...et de cotes, surtout quand on est à la limite Correze-Cantal vers Bort les Orgues. Les 8% ne sont pas rares ! Elles sont surtout plus appréciables en descente qu'en montée ! C'est pour ça que je me suis laissé entendre dire qu'il y avait peu de Solex dans la région ! ...Et qu'il fallait être motivé pour y venir !
La meilleure anecdote ....c’est la casse du joint de culasse au niveau d’un des goujons de culasse ! Malgré ce passage de gaz vers l’extérieur ( qui enlève une partie de la puissance et fait recourir au super mollets de secours ! ) j'ai quand même effectué 250 kms !!! Preuve en est, que même à l’agonie un solex ne t'abandonne jamais ! Je comprends mieux aujourd’hui encore son succès commercial !

Jean-Christophe

SUR LE NET

Marc Deschamps a fait un nouveau site web sur le solex, vous y trouverez presque tout sur les différents modèles de 45cc et 330.Aussi une présentation de quelques uns de ses solex, objets, doc, porte clés.
Un magasin de pièces avec les photos et les prix qu’il en demande. Ce site est en cour d’évolution. Voici l'adresse :

www.lesolex.com

J ean Claude Toudy nous apprend qu’il a découvert sur Internet, un nouveau club Solex au Japon. Il a vu le jour grace à M. Eiji FUKUSHIMA, passionné de 5000. Son épouse Fumiko roule aussi sur les 5000 de son mari. On peut avoir plus d’info en ouvrant le lien :

http://cyclo60.myouebe.net/Monde/Asie_70.asp

DES NOUVELLES DU QUEBEC

C’est toujours avec le plus grand intérêt que nous lisons votre rubrique, contenue dans le site créé par Benoit Suzanne. Je rencontre à l’occasion des collectionneurs de SoleX. Nous devons certainement en posséder une cinquantaine. Du modèle 3300 au 4600 américain. Nous collectionnons également les modèles Ténor. Et à vrai dire, nous collectionnons tout ce qui porte le nom de SoleX…
Nous avons tenté de réintroduire, au Québec et au Canada, le VélosoleX 3800, Hongrois et celui proposé par Mopex. Sans succès toutefois.
Les autorités canadiennes imposent des normes relativement sévères, toutefois elles ne sont pas insurmontables. Tel, par exemple, l’installation de clignotants. Ces normes sont publiques et d’application générale.
Nous constatons que les producteurs de SoleX et Black and Roll n’ont pas déployé les efforts nécessaires afin de procéder à l’homologation du produit. Pourtant les marchés québécois et canadiens représentent des cibles de choix. Sans homologation…point de vente !!! Et défense absolue de rouler sur les voies publiques avec des modèles non homologués.
Ce que nous percevons, de ce côté de l’Atlantique, c’est l’extrême fragilité financière des producteurs. L’exemple de l’usine hongroise Impex, qui roule au point mort depuis des mois, est un exemple éloquent.
L’homologation au Canada est une procédure administrative relativement peu complexe. Elle entraîne de frais qui semblent rebuter les producteurs. Cela est une erreur déplorable.
Entre temps, nous continuons de revamper les SoleX des années 60 et 70. En souhaitant que des boutiques SoleX puissent, un jour, renaître en Nouvelle-France !!!
Au fond, rien ne saurait nous arrêter…nous sommes même prêts à envisager la création d’un SoleX à galet doté d’un moteur quatre temps…
Autre temps, autres mœurs.
SoleX forever !!!

Richard Bourdeau, Président du Cylindrix-Québec

A 4 temps ? mais Marcel Mennesson y avait déjà pensé en 1964 (voir le futur « Cyclomoteur à galet de mon père » à paraître chez ETAI en janvier 2004)

QUI EN SAIT PLUS ?



REMISE EN ROUTE

Faisant suite à de multiples demandes ou interrogations qu’il a « subi » Jean Claude Boissier nous demande si il n’est pas possible d’ouvrir une rubrique « Remise en route ». « Nombreux sont les gens à ne pas savoir par où commencer, lorsqu ‘ils viennent de récupérer le Solex du grand-père ou qu’ils viennent d’en dénicher un dans une brocante.
Les gens imaginent que le Solex est compliqué. Marcel Mennesson a bien dit qu’il était compliqué de faire simple. Il a fait le plus compliqué ! Concevoir un VéloSolex « simple ». »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Demarrons dons ce N° avec quelques petits conseils de remise en route. Suivant vos demandes et vos propres conseils ou expériences, cette rubrique ne demande qu’à perdurer.

La première chose à vérifier avant de redémarrer un VéloSolex resté en inactivité de longues années, c’est si il n’est pas grippé.
Enlever le cache volant magnétique et faire tourner le volant magnétique à la main, dans le sens des aiguilles d’une montre. C’est son sens normal de rotation, autant prendre une bonne habitude tout de suite !
La rotation doit être complète sur au moins un tour, sans point dur.
Si rien ne bouge ou si il y a une zone très dure à franchir, il faudra dégripper le moteur ou au moins le nettoyer en profondeur. Surtout ne pas insister !
Par contre si tout tourne bien, les choses s’engagent bien.

Si vous êtes trop impatient, alors n’hésitez pas, débéquillez votre Solex, relachez le levier de relevage, appuyez sur le décompresseur et poussez votre machine tout en étant à ses côtés. Avec un peu de chance il démarrera.

Si ce n’est pas le cas, deux points essentiels sont à vérifier. L’allumage et l’alimentation d’essence.
Pour l’allumage, démontez la bougie en ayant oter le filtre à air sur les modèles à partir du S 2200. Repositionnez la sur le fil de bougie tout en lui faisant toucher la culasse. Vous devez pouvoir observer les électrodes de la bougie. Le cache volant étant enlever, faites tourner rapidement le volant magnétique. Une étincelle bien bleue doit jaillir entre les électrodes de la bougie. Si ce n’est pas le cas, nous reviendrons dans le prochain N° sur ce problème.

Pour l’essence, déconnectez le tuyau de retour carburateur – réservoir, de préférence du côté réservoir. Toujours en tournant le volant, plusieurs tours, l’essence doit se mettre à couler par le tuyau. Si rien n’arrive après une diziane de tours, le circuit d’essence est à incriminer.
A suivre….

Franck

PUBLICITE (1963)

Merci robert !

 

Noubliez pas de consulter les rendez-vous et les petites annonces


VSI n°64

Le VSI est une lettre d'information rédigé par Franck MENERET



Pour tous renseignements, lisez les F.A.Q. avant de me contactez
Site web réalisé par Benoît SUZANNE - dernière modification :