HISTORIQUE  





Confirmation d'un mythe

Le seul et l'unique, le 3800 :

En 1966 sortira le S 3800, qui possède un meilleur couple afin d'augmenter les performances en côte. En 1968, Solex diversifie le 3800, qui est a 420 F, en proposant des modèles de couleur (bleu ou rouge), dit 3800 "luxes", vendus à 447 F. En 1967, il sera vendu 287 119 unités ; en 1968, 286 431.

3800

Modèle 3800

Une erreur de parcours :

De 1968 à 1974, sera produit le "Micron", c'est un cyclomoteur qui mélange des roues de scooter et un moteur de 3800, et qui ne possède pas de pédalier. En outre, il nécessite à l'époque le port du casque, la carte grise, une immatriculation, et le permis de conduire. C'est un modèle qui s'est vendu en parallèle du 3800 et qui ne se vendra pas à plus de 4000 exemplaires pendant toute sa durée de production.

micro
flash

A gauche, le Micron - à droite le Flash

Solex fabriquera aussi des cyclomoteurs plus classiques, qui ne possèdent pas le moteur sur l'avant et une transmission par galet. En effet, en 1969 apparaît "Flash" qui deviendra le "6000" en 1972. C'est un cyclomoteur avec une transmission à cardan, et un frein à disque à l'arrière, un moteur de 1,4 cv pour une vitesse de 40 Km/h (contre 30 Km/h pour le 3800) et une consommation de 2 litres aux cent kilomètres (contre 1,4 pour le 3800). Son prix est de 559 F contre 420 F pour le 3800. En 1972 le 6000 propose une fourche télescopique, un garde boue avant classique et des flancs arrière plus échancrés. Il est vendu 710 F en parallèle avec le Flash qui est à 640 F. La production totale ne dépassa pas 100 000 unités.

Le 5000 :

En 1971, c'est la sortie du 5000, qui se vendra en même temps que le 3800. Ce nouveau modèle est plus bas et existe en quatre couleurs : jaune Palma, orange, bleu atoll, blanc névé. Son prix est de 529 F en 1971 et il sera produit jusqu'en 1980. En 1973 la gamme propose le 5000 en version pliable, c'est le "PliSolex" qui se plie sur la base de la poutre centrale. Ce modèle est vendu 715 F en 1974 alors que le 5000 est à 584 F. Le PliSolex sera produit jusqu'en 1978.

5000

Le 5000

Une "mobylette" chez Solex :

En 1973, c'est la sortie du second vélo-moteur qui ne possède pas le moteur sur l'avant et une transmission par galet, le Ténor. C'est une "mobylette" tout ce qu'il y a de plus classique, il possède un moteur Franco Morini. son prix est de 1060 F pour le Ténor L, et de 1350 F pour le Ténor S, qui dispose d'une selle double, d'amortisseurs arrière apparents et de clignotants. Le S n'est disponible qu'en jaune palma. Après six mois, la gamme est rénovée avec un Ténor R sans suspension arrière et avec un garde-boue émaillé ; les L et S sont remplacés par le GL et le GS avec des moteurs Ankler-Laura dont le cylindre est incliné de 25 degrés. Le haut de gamme est le S4, qui possède un moteur Franco Morini à quatre vitesses à embrayage manuel et sélecteur au pied. Ce S4 n'est disponible qu'en rouge vif. Il ne sera produit que 2000 exemplaires de ce modèle.

tenor

Le ténor GL

1974 verra la présentation du 4600 pour le marché de l'exportation qui mélange le 3800 et le 5000 afin de se conformer à la législation locale. Une version à phare rond sera prototypé pour le marché américain, un autre avec un phare de 5000 sera vendu sur le marché anglais, et un 5000 avec des petites roues sera vendu en hollande (la faible taille des roues permettait de ne pas porter de casque). Ces modèles seront les derniers modèles à moteur à l'avant et transmission à galet produit par Solex.

La fin du mythe :

Le 29 janvier 1974, Félix Goudard s'éteint à l'age de 86 ans, il était chargé du réseau commercial mondial de la société Solex. Cette même année, Renault prend le contrôle de VéloSolex. La filiale "Renault Moteurs Développement" échange à la fin de l'année sa participation majoritaire de 51% chez VéloSolex pour une participation minoritaire de 15% chez Motobécane. Motobécane arrête donc immédiatement la production des 6000 et des Ténor, qui sont directement concurrents avec certains produits de leur gamme. Les 3800 sont donc maintenant produits à Saint-Quentin dans les usines de Motobécane. En 1977, le 3800 est monté avec un nouveau phare arrière plus large. En 1986, il est équipé de leviers de freins droits, et de catadioptres sur les fourches arrière et avant. En 1983 Motobécane devient MBK, c'est le début de la prise de pouvoir du groupe japonais Yamaha. Le 3800 est produit jusqu'en 1988, mais les ventes ne sont plus que de 7077 en 1980 et 2 787 en 1981. La chaîne de montage MBK de l'usine de Saint-Quentin, s'arrête donc le 7 novembre 1988 avec la production de 100 exemplaires qui seront pour la grande majorité vendus aux enchères au profit des "resto du coeur".

3800

Modèle 3800 en rouge (1986)

Le solex aujourd'hui
retour à la première partie de l'historique





Pour tous renseignements, lisez les F.A.Q. avant de me contactez
Site web réalisé par Benoît SUZANNE - dernière modification :