HISTORIQUE  





Chronologie techniques

Dans ce panorama de l'évolution technique du VéloSolex, je vous propose de détailler plus particulièrement celle du "vrai" solex, à savoir d'un vélo disposant d'un moteur auxiliaire à transmission par galet placé sur la roue avant. Ce panorama ne tiendra donc pas compte du Micron, du Flash, du 6000 et du Ténor.


Afin d'aboutir a un produit de bonne qualité, Solex a décidé en 1940 de créer un prototype, qui aboutira en 1942 à la production de quelques exemplaires qui seront essayés par les employés, voici les caractéristiques de ce modèle de pré-série :

  • c'est un vélo à cadre ouvert constitué d'un tube cintré
  • les roues sont de 650
  • les freins avant sont à patins, et les freins arrière à tambour
  • le moteur est de 45 cm3
  • la transmission s'effectue par galet
  • la bielle est montée en porte-à-faux sur le vilebrequin à masse unique
  • le cylindre est décalé par rapport à l'axe de la roue
  • le carburateur fonctionne par une pompe à membrane que commandent les alternances de pressions et de dépressions dans le carter
  • l'essence pompée en sus est renvoyée dans le réservoir
  • le phare avant est positionné sur le dessus du moteur et le feu arrière est fixé sous le porte bagage

Le perfectionnement du modèle de pré-série permettra de sortir les premiers modèles de VéloSolex fabriqués et commercialisés en série à partir d'avril 1946. Ce modèle de 46 se présente donc comme suit :

  • c'est donc un 45 cm3 de 0,4 cv à 2000 tours/minute
  • une manette au pouce droit qui sert de modérateur de régime et de décompresseur a été ajoutée au modèle d'expérimentation
  • le passage du mode vélo au mode vélomoteur se fait en remontant le moteur par la cloche du carburateur jusqu'au déclic du verrou et se débloque pour réutiliser le moteur, en libérant le verrou situé à gauche sur la plaque d'articulation
  • le cadre noir du vélo est unisexe
  • les roues sont de 650
  • le guidon est chromé
  • les poignées de freins sont inversées
  • le phare noir est posé sur le capot du volant magnétique
  • le bas du garde-boue arrière est peint en blanc afin de se conformer au code de la route
  • le carter de la chaîne est en tôle
  • le porte-bagages est en fil et dispose d'un coffre à outils à l'avant et d'une pompe à droite
  • la selle est suspendue sur trois ressorts à boudins
  • le réservoir d'un litre permet de parcourir 100 Km à 25 Km/h, et le bouchon sert de mesure pour la dose d'huile dans le mélange du carburant
  • l'ensemble pèse 25 Kg

Fin 1946, le VéloSolex subira quelques modifications avec notamment la fourche arrière et ses haubans qui sont boulonnés et non plus soudés afin de faciliter les réparations. En 1948, la boîte à outils passe à l'arrière du porte-bagages, et on ajoute un cataphote sur le garde-boue arrière pour remplacer la ligne blanche.


En 1951, c'est l'apparition d'un nouveau modèle dont voici les principales caractéristiques qui diffèrent du modèle précédent :

  • un levier d'embrayage/relevage est vissé à la culasse et retenu par un crochet accroché à la potence du guidon
  • un capot en tôle masque la pompe à essence
  • une béquille centrale permet de le maintenir debout sans aide
  • retour du filet pare-jupe entre la fourche arrière et le garde-boue ; ce dispositif était présent sur le modèle de présérie de 1942 mais avait été abandonné lors de la fabrication
  • les roues passent à 600 ce qui réduit la taille globale de 8 cm
  • les freins sont dotés pour le réglage de larges molettes crantées que l'on peut actionner à la main
  • les jantes changent en passant de flancs arrondis type chapeau de gendarme à des flancs plats

Le modèle d'octobre 1953 est le premier qui porte un nom, ou plus justement un numéro, puisqu'il s'agit du "type 330". Ce nouveau modèle propose en particulier des modifications sur le moteur :

  • la cylindrée passe à 49 cm3 
  • la puissance passe à 0,5 cv 
  • le couple est amélioré et augmente les performances en côte
  • la bougie est vissée obliquement à l'avant de la culasse
  • la capote du filtre à air est fixée sur la culasse et masque le décompresseur
  • le conducteur est protégé du suintement du carburateur par une tôle verticale
  • la selle est articulée par son bec et suspendue par deux ressorts
  • la forme de tuyau d'échappement du 330 suit la tringle de fixation du garde-boue

La seconde version du 330, d'avril 1954 verra son porte-bagages modifié puisqu'il sera désormais constitué de tôle emboutie


Le modèle de septembre 1955, le 660, voit la plupart des modifications portées sur le cycle :

  • le tube du cadre s'arrête au niveau du pédalier, il est prolongé par les bras de la fourche arrière, celui de droite fait office de carter pour la chaîne, et le tout est recouvert de tôle pliée ; ce caisson reçoit la béquille centrale, la boîte du pédalier, la plate-forme de repose pied, les haubans de la fourche arrière et la selle
  • le phare est intégré au capot en plastique recouvrant le moteur et se trouve centré au-dessus de la roue avant
  • deux nervures sont ajoutées afin de rigidifier le réservoir et le capot du volant magnétique

Avril 1957, verra naître le 1010 avec des modifications au niveau du moteur :

  • un nouveau cylindre avec balayage en U
  • un nouveau piston à calotte légèrement bombée
  • une culasse hémisphérique
  • un nouvel échappement avec un tube en S et un silencieux fixé au niveau du moyeu de la roue
  • un nouveau filtre à air plus volumineux et ovale coiffant la culasse

Par la suite, une nouvelle tringle de garde-boue sera installé à l'arrière, et elle sera constitué de tôle pliée.


Septembre 1958 voit apparaître le 1400 qui n'a subi que de légères modifications, puisqu'il est équipé de roues plus petites, de 550 et de pneus plus épais (1,75*19).


En Octobre 1959 sortira le 1700 qui propose :

  • un embrayage automatique compound
  • un refroidissement du moteur par une turbine solidaire du volant magnétique

Le 2200 sortira en juin 1961, il se démarque de la manière suivante :

  • il est muni d'une bougie vissée au sommet de la culasse
  • il est recouvert par le boîtier du filtre à air, peint en noir et marqué du sigle S 2200 
  • la puissance passe à 0,7 cv

En Octobre 1964 sort le 3300, qui est modifié au niveau du cycle :

  • le cadre est de section rectangulaire en tôle
  • la selle est plus large et suspendue par un seul ressort
  • le frein arrière est maintenant à tambour
  • le phare avant devient caaré et il est placé sur un moteur de 2200

En mai 1966, c'est la sortie du 3800 :

  • il possède un meilleur couple afin d'augmenter les performances en côte
  • introduction de la couleur avec le nom en lettres blanches sur un bandeau rouge apposé sur le capot du filtre à air

En 1968, c'est toujours le 3800 qui introduira des modèles tout en couleur, bleu ou rouge, munis de pneus à flancs blancs. Les premiers modèles auront des garde boue peint, mais par la suite, ces garde boue seront en acier inox. Ce sont les modèles "luxes".

Lors du rachat de la société Solex par Motobécane en 1975, ces derniers modifieront le 3800 de la façon suivante :

  • un nouveau phare plus large est installé à l'arrière en 1977
  • des freins droits sont mis en place en 1986
  • la même année, des catadioptres sont placés sur les fourches arrière et avant

Vous trouverez pour plus d'informations une découpe du moteur 3800.

 


Le 5000 est introduit en 1971 et sera commercialisé en même temps que les 3800. C'est la première fois que la naissance d'un modèle n'implique pas le remplacement du précédent. Ce 5000, qui est proposé en quatre couleurs (jaune Palma, orange, bleu atoll, blanc névé) est doté des caractéristiques suivantes :

  • des roues plus petites de 2*16 pouces avec des pneus à flancs blancs
  • les garde-boue sont en acier inoxydable
  • le guidon aux branches relevées est sensiblement le même que celui du Micron
  • le phare est placé au centre de la potence du guidon
  • le porte bagage est modifié avec des éléments profilés et il se termine par un butoir en plastique
  • la boîte à outils est placée sous la selle
  • le mécanisme de relevage est remplacé par un mécanisme de bielle et manivelle, solidaire de la fourche

En 1973 la gamme propose le 5000 en version pliable, c'est le "Plisolex" qui se plie sur la base de la poutre centrale, en rabattant la selle et le guidon, et en décrochant le moteur.





Pour tous renseignements, lisez les F.A.Q. avant de me contactez
Site web réalisé par Benoît SUZANNE - dernière modification :